L'hyperacousie

Des bruits de couverts qui tintent

Un bébé qui crie

Une rame de métro qui ralenti

Du papier qu'on déchire

L'eau qui coule dans la douche...

Autant de scènes du quotidien qui, pour l'hyperacousique, vont devenir calvaire.

L'hyperacousie c'est le cerveau qui s'emballe et joue avec la télécommande des fréquences. 

Ce n'est pas un mauvais fonctionnement de sa part. C'est au contraire parce qu'il est trop bien conçu, trop bien programmé. Et dans ce monde où le son nous envahit sans que nous ne nous en rendions même compte, le cerveau va palier/rééquilibrer, ce qu'il juge être mal adapté. 

C'est le cas par exemple, lorsque l'on s'isole trop du son (cf ma vidéo "bouchons d'oreille : l'erreur ultime) et que le cerveau se reprogramme pour "mieux entendre"

C'est aussi le cas lorsque nous subissons des traumatismes, ou des pertes auditives, et que le cerveau va monter les fréquences voisines de celles perdues pour palier au manque.

Et dans ce monde sursonore et surstimulant, le cerveau a bien du mal à bien jouer son rôle....

ben-white-7SRymDKKDus-unsplash.jpg

Un problème d'adaptation

Le monde moderne, avec son lot d'évolutions technologiques extraordinaires a aussi créé des pendants dont nous commençons à payer lourdement le prix : maladies de civilisation, pollution de la planète et de ses êtres vivants, inégalités sociales creusées, multiplication du stress, invasion des stimulations visuelles et sonores... 

Supermarchés bruyants, cinéma sans limitation de son, concerts, boite de nuit, trafic automobile, aérien et ferroviaire, appareils ménagers électriques, télévision, jeux vidéos, écrans, écrans, écrans.... Et que se passe-t'il quand nous surstimulons une fonction du corps?

Qu'arrive-t'il au sportif qui se surentraîne?

Il se retrouve à l'inverse de ce qu'il cherchait : il atrophie les fonctions qu'il voulait développer.

L'ère antropocène et son industrialisation a débuté, selon Paul Josef Crutzen en 1784,  (date du brevet de la machine à vapeur par James Watt)  J'ai choisi volontairement de me fier à cette date car elle marque le début de l'introduction du bruit dans notre société.

240 ans pour s'adapter à un bruit toujours plus présent, constant et envahissant.

Aussi remarquable et adaptable l'homme soit-il, nous n'avons pas pu évoluer pour faire face à ce nouveau monde, à ce nouvel environnement. Et notre planète en est le témoin principal aujourd'hui : effondrement des espèces, accroissement des maladies et handicapes, pollution omni-présente...

Vous l'aurez compris, nous avons bâti un monde pour lequel nous ne sommes pas adaptés.

L'hyperacousie en est une des conséquences.

Les muscles fatigués

Concrètement, l'hyperacousie se traduit par une perte des qualités dynamiques de l'oreille.

Quoi quoi quoi?

 

Je vous explique : admettons que vous soyez en discussion avec un ami. Puis à un moment, pris dans son histoire, il élève la voix et va commencer à parler plus fort. Puis, passé le moment stimulant, il baisse à nouveau la voix. Quand l'oreille et le cerveau jouent bien leurs rôles, la conversation se passe très bien et vous ne notez même pas les variations de volume. 

Et ce serait là le rôle des muscles de l'oreille.

Les muscles du tympan et de l'étrier sont les plus petits muscles du corps humain. Leurs rôle est d'aller tendre et détendre le tympan au fil de l'environnement sonore. Vous connaissez l'expression "tendre l'oreille" ? Et bien ça vient de là. Pour entendre les bruits plus faibles, le muscle va se tendre et tirer le tympan. Au contraire, dans un environnement plus bruyant, le tympan va être détendu. un peu comme l'iris nous aide à supporter les lumières fortes et à mieux voir dans les lieux sombres.

Mais comme je le disais tout à l'heure : nous sommes dans un monde de surstimulation. Et chez la grande majorité des gens, nous avons perdu une grande partie du champ de la capacité adaptative de l'oreille.

La quoi ?

Oui, encore un terme peu usité...

La capacité adaptative

La capacité adaptative, c'est notre faculté à étendre notre zone de confort.

Ce n'est pas un terme propre à l'audition : c'est une capacité à s'adapter sous chaque aspect de notre vie, aussi bien physique qu'émotionnel.

Un exemple évident est celui de la musculation.

Si vous débutez la musculation et que votre corps a peu de muscles, la zone dans laquelle vous êtes "confortable" pour porter des poids va être petite : vous porterez des poids modérés.

Si vous vous entraînez avec des poids qui vous sont faciles à soulever et que vous n'occasionnez aucun stress sur votre corps, vous garderez la même zone de confort et vous ne gagnerez pas en muscles.


Mais si vous choisissez des charges qui vous font faire des efforts et stresser les muscles, votre zone de confort va alors s'étendre au fil des séances. Au bout de quelques temps, vous serez capable de porter des charges bien plus lourdes qu'avant. Vous aurez donc une plus grande capacité adaptative.

Cependant, si vous êtes trop pressé, si vous voyez un peu trop "gros", et que vous vous lancez sur des poids trop lourds pour vous, vous allez tomber dans la "zone critique". 

Et c'est le pire que nous puissions faire puisque généralement on se retrouve blessé et notre capacité adaptative régresse.

Pour l'audition c'est exactement la même chose : la plupart des gens sont tout à fait à l'aise avec les bruits de la vie de tous les jours. Ils ont une capacité adaptative que nous qualifierons de "classique"
Certains vont être même à l'aise avec des bruits plus forts. Ceux-là ont une capacité adaptative forte. Vous savez, c'est votre copain qui sort en boite de nuit tous les samedis depuis ses 16 ans et qui ne sait même pas ce que sont des acouphènes...

 

Et enfin il y a ceux dont la capacité adaptative de leur oreille s'est fortement réduite. Très souvent parce qu'ils sont passés en "zone critique". Ça peut être un trauma sonore mais pas seulement. Un choc émotionnel, un stress intense...Ou même des fois des circonstances qui sont passées totalement inaperçues mais qui ont suffi à faire basculer le corps vers un état plus faible.

 

La bonne nouvelle dans tous ça... C'est qu'il existe des solutions... 

Contact :