Rechercher
  • Claire

Jeûne sec, acouphènes et santé globale – 4 premiers jours


« Euh… Claire? Tu t’es planté d’illustration… – Ah non non – Ok……. Je peux savoir pourquoi t’as illustré un article sur le jeûne avec un zombie? »

Bon alors, à la BASE, quand je préparais les illustrations de mes articles sur le jeûne pour la semaine, j’avais préparé ça :


Idyllique, n’est-ce pas? Ah le jeûne, cette méthode extraordinaire de retour à la santé…


Oui mais voilà… Ce deuxième jeûne n’a rien d’idyllique ! Et quand tout à l’heure je me suis levée de mon lit pour ma troisième sieste de la journée alors qu’il n’était même pas 13h, terrassée par un mal de crâne digne d’un coup de maillet dans la poire, à m’accrocher désespérément aux murs pour ne pas vaciller, que je me suis vue dans le miroir (« C’est ça Halloween, c’est ça Halloween… ») et que je me suis fait agresser par ma propre haleine, j’ai tout de suite eu une image de zombie en tête…. Tout ça pour dire que cette charmante petite image d’une femme au meilleur de sa forme aurait été… euh…. risible


Heureusement, l’intégralité de mon jeûne sec ne s’est pas passé ainsi…

(Concernant les acouphènes, je détaille les « effets » à chaque journée)


Récap des 4 jours de jeûne sec


Premier jour : mardi


Nuit précédente : j’ai bien dormi, réveillée vers 7 h. RAS


Dernier repas : un jus hier soir à 21h30

Poids au lever : 44,4 kg (assez surprenant cependant, mon poids de forme est entre 47 et 49 kg. Je me pose des questions sur ma balance)


Acouphènes : le fait d’avoir la tête congestionnée a donné un coup de cravache sur le volume de mes acouphènes. Par ailleurs, j’ai entrepris beaucoup de choses sur la remise en santé depuis 2 mois et ça remue de l’intérieur. Du coup ces temps-ci le niveau des acouphènes a tendance à être plus fort.


C’est un passage logique quand la santé s’améliore. Un peu à la façon d’un balancier : pour revenir à l’équilibre, il doit osciller. Parfois on est en pleine santé et on se dit « yeah !! C’est fini ». Et puis ça revient et on se décourage. Ce qu’il faut garder en tête c’est que les oscillations sont de plus en plus faibles, même si on ne le perçoit pas au début. Et c’est ça qui nous intéresse.

11:03 – Bon c’est que le premier jour et je suis plutôt habituée à jeûner maintenant donc rien de notable. J’aurais bien pris quelques gorgées après ma séance de sport mais ça va bien….

J’étais quand même surprise par mon poids. Je ne me pèse pas souvent et mon poids de forme est plutôt 47kg mais je me dis que comme j’ai bu juste 3 jus hier et que je n’ai rien mangé c’est peut-être normal. C’est aussi quelque chose que j’espère voir se réguler avec les jeûnes : arriver à retrouver une meilleure assimilation.

En tous cas je commence le jeûne avec une petite crève… Nez qui coule, tête congestionnée, oreilles qui se bouchent.. je vous fais rêver, hein? ^^ Je suis curieuse de voir en combien de temps le jeûne sec va régler le problème. Allez mon corps, fais voir un peu ce que tu sais faire !

14:54 – « Tiens je mangerais bien un truc ! Ah… Non, c’est vrai….. »

Bon globalement c’est mon seul égarement de la journée parce qu’en dehors de ça et d’une brève pensée de pizza totalement inoffensive, je suis plutôt bien dans mes baskets aujourd ‘hui ^^ Je vis très bien la « privation de nourriture », c’est vraiment agréable. J’entends souvent les gens dire « je ne pourrais pas me priver de manger, j’aime trop ça ». Mais au final, on n’a pas faim pendant le jeûne. Le tout est de bien se préparer mentalement parce que c’est l’esprit qui peut nous jouer des tours.


Comme lors de mon dernier jeûne où je serais volontiers partie chasser la pizza…


22:30 Rien de notable du point de vue du jeûne. Un évènement personnel m’a énormément contrariée et ça ne fait pas du tout bon ménage avec le jeûne… Grrrrrr… J’aimerais être moins sensible !!! Ma vie serait plus simple !


Deuxième jour : mercredi

Poids au lever : 43,6 kg . La balance est ok a priori.

Nuit précédente : très mauvaise nuit à cause de mon évènement perso d’hier soir. Plusieurs réveils dans la nuit

Acouphènes : pas de changements notables


14:15Aucune faim et je ne ressens pas encore la soif. Ca c’est vraiment chouette. Par contre j’ai des douleurs à la cage thoracique. Je ne sais pas vraiment d’où ça vient (poumons? muscles?) mais dès que je respire un peu plus fort, c’est douloureux sous les côtes.

Quand le stress vient sapper votre jeûne

Ah oui . je l’ai déjà dit mais je le répète : mettez-vous dans un climat de PAIX pour jeûner. L’évènement d’hier soir m’a déclenché un mal de tête gigantesque. J’ai les surrénales en ébullition… D’où l’intérêt d’être zeeeeeeeeeeen…

Quand vous êtes stressé.e ou agacé.e, vous sollicitez vos surrénales qui vont produire du cortisol. De fait, vous produisez des déchets qui acidifient le corps et pour palier à ça, celui-ci va aller puiser dans vos réserves minérales. Ca rajoute du travail au corps et fatigue les surrénales dans un contexte où le corps s’est mis plein pot sur la détoxification. Donc ça puise une partie de l’énergie nécessaire à une bonne régénération du corps. En quelques sortes, on « gâche » le travail….

Donc si vous pouvez vous mettre loin de toutes contrariétés durant le jeûne (enfants, conjoint, travail, parents, amis irritants, facebook, instagram, ex envahissant, voisins sonores…. Bon, allez jeûner dans une grotte.) c’est tout bénef ! Mais bon, me concernant ça ne s’est pas passé comme ça et ça n’a pas dû aider la suite de mon jeûne qui a un peu tourné au cauchemar par la suite.

19:00 – J’ai des maux de tête intermittents difficiles et les vertiges commencent pour de bon. Cette après-midi a été éprouvante et je suis crevée ce soir, je vais me coucher assez tôt.



21:30 Mode zombie activé

Troisième jour : jeudi


Poids au lever : 42,8 kg

Nuit précédente : Nuit moyenne. Plusieurs réveils. Je me suis réveillée à 6h (couchée à 21h30 hier soir) avec une grosse nausée.

Acouphènes : étonnant : moi qui ai des acouphènes sonores type son aigüe, j’ai développé un chuintement dans l’oreille gauche. Cependant, le niveau sonore a globalement légèrement baissé. Légère inquiétude sur le coup tout de même de ce nouveau type d’acouphène mais j’ai une confiance à toute épreuve en mon corps et je n’y penserai plus de la journée.


12:07 – J’ai une fatigue omniprésente. Pas la fatigue manque de sommeil mais plutôt une faiblesse. Oui c’est plutôt ça, je suis très faible et je dois rester assise ou même allongée le plus possible. Je me fais des bains de soleil sur mon balcon et c’est vraiment très agréable et revigorant. Purée, ça devient vraiment dur…

Par ailleurs j’ai toujours ces maux de têtes et nausées intermittents.es. Les nausées indiquant généralement un travail au niveau du foie. Aussi, c’est toujours douloureux au niveau de la cage thoracique. Je pense que je vais pas mal me reposer aujourd’hui.

Une grosse différence par rapport à mon dernier jeûne : je n’ai pas froid et je n’ai pas les extrémités congelées. Est-ce que mon travail sur ma circulation sanguine avec les bains Salmanoff commence à payer ?

21:30 – Je viens de me mettre au lit. La nuit va être difficile : j’ai de fortes nausées et mal à la tête…


Quatrième jour : vendredi


Poids au lever : 42,6 kg

Acouphènes : le chuintement est bel et bien parti, et j’ai retrouvé le niveau sonore « habituel » de mes acouphènes. Autrement dit celui que m’avait apporté la cure de son. C’est quand même plus agréable à vivre même si j’étais assez détachée de cette fluctuation de niveau de ces derniers temps.

Nuit précédente : Horrible. Réveils à 00:43 avec ma première vraie soif et les yeux secs – 2ème réveil à 4:00 : je sens ma tête lourde et douloureuse – 3ème réveil à 6:23 : je me réveille très fatiguée. Je vais quand même me lever (très très lentement) mais je ne me sens pas reposée du tout. La soif devient compliquée à gérer…


12:43Rhaaaaaaa, j’en ai marre !!!! Je suis extrêmement faible. Sûrement parce que je me suis entêtée à faire du sport ce matin. Dans tous les cas je suis épuisée et j’ai fait 3 siestes rien dans la matinée.

Aussi je fais de la déprime : je me sens terriblement triste sans raison apparente. C’est assez courant de voir remonter l’émotionnel durant les jeûnes. Me sens toute bwarf. Dans ces moments-là je suis contente d’avoir mon chat 📷 (bah quoi ?)

Les maux de tête et nausées intermittent.es continuent.


Fait étonnant, j’avais des pétéchies sur le visage au réveil. Ce sont des vaisseaux qui apparaissent, en général dus à une mauvaise circulation. C’est disgracieux (genre, le réseau autoroutier sur la tronche) mais signe qu’il se passe des choses. Ca me rappelle qu’en naturo on nous disait que les jeûnes « remontaient le temps ». Que souvent les gens refaisaient leurs maux et maladies de la plus proche à la plus lointaine. La seule fois de ma vie où j’ai eu des pétéchies c’était à l’accouchement de ma fille. A force de pousser comme un boeuf, j’avais plein de vaisseaux qui avaient éclaté au niveau du visage. Je ne peux pas affirmer que ce soit lié mais c’est intéressant.


Changement de plan


J’ai appris que je devais récupérer mes enfants dimanche soir parce que leur papa part en mission intermittente. Je les ai pour deux mois ce qui me fait très plaisir mais pour le coup casse complètement mon plan. Je dois reprendre doucement pour être suffisamment en forme pour eux… C’est mort pour le jeûne de 9 jours. Cela dit je ne suis pas sûre que j’aurais tenu. C’est vraiment très dur et je commence à en avoir ras-le-bol : j’ai très soif, je suis sans énergie, je me sens déprimée, j’ai une tête qui fait peur, je me traîne… En gros, ça ressemble un peu à ça :


Peut être que le format « jeûnes de 6 jours répétés » me convient mieux que les longs jeûnes.


Reprise de l’eau

Du coup je reprends l’eau ! Soulagée pour être honnête.


Je ne veux pas que mon article vous dissuade d’entreprendre un jeûne. Je me dois d'être transparente et vous relater les faits mais les bénéfices en sont certains et je les ai expérimentés, aussi bien au cours de mon jeûne de 6 jours la dernière fois qu’avec les jeûnes intermittents que je pratique plus couramment. Avec le jeûne, vous choisissez d’améliorer les fonctions du corps. Chez moi ça se traduit ainsi mais chaque jeûne est différent. Par ailleurs il y a quelque chose de très rassurant à se dire que ce ne sont que quelques jours à tenir. Les personnes qui tombent en fatigue chronique ou dans des maladies douloureuses ne peuvent pas décider de stopper la douleur ou le mal être. Ici c’est vous qui choisissez de passer par ces stades sans pour autant tomber dans la maladie et justement pour l’éviter. Un mal pour un bien.

14:00 – Je bois un premier 1/2 verre de quinton. Oh lala, que c’est bon !!!!!! C’est incroyable cette sensation après plusieurs jours sans boire. Rien que pour connaître cette sensation, le jeûne vaut le coup. Je prends mon temps à chaque gorgée et c’est incroyable.



16:00 – Deuxième verre de quinton. La sensation est toujours extraordinaire . Par contre, l’eau n’étanche pas du tout ma soif. J’ai envie de me jeter dans la bouteille d’eau… Mais c’est primordial d’y aller progressivement, donc je fais des incantations en m’adressant au Dieu de la soif et je prends mon mal en patience…

17:00 – 2 verres de quinton. J’ai tellement soif, rhaaaaaa !!! Je reste rigoureuse et j’écoute énormément mes ressentis mais la soif va tout de même persister jusqu’à la fin de journée malgré le fait que je me réhydrate.


Cinquième jour : samedi

Poids au lever : 44,3 kg

Acouphènes : Bon bah je suis au niveau habituel. C’est à dire que je les entends si je me bouche les oreilles… Je sens que ça progresse petit à petit mais il faudra encore du temps… Et peut-être un peu moins de chocolat… Mon dieu !!! Et s’il y avait un lien entre acouphènes et chocolat??? Je n’y survivrais pas…..

Nuit précédente : Bon vous connaissez le topo : nausées, maux de tête, réveils….. Le tiercé gagnant quoi.


Un changement notable même si je ne peux pas affirmer que ce soit dû à la reprise de l’eau mais ça semble logique : je suis moins épuisée. J’irai pas faire le tour de France, ça c’est clair. Je suis encore très fatiguée et la station debout reste pénible mais il y a vraiment un mieux et surtout mon humeur s’est améliorée. Je ne ressens plus cette tristesse que j’avais hier et qui m’assaillait.

Ma soif est enfin étanchée… Que c’est agréable ! Gratitude de cet accès à l’eau dès qu’on le veut et quand on en a besoin ! Je dois dire que je ne lésine pas sur le thé et l’eau aujourd’hui ! Et c’est purement et simplement un délice. Le jeûne permet aussi ces prises de conscience et de sortir de l’adaptation hédoniste. Du pur bonheur.


La cagette, l’escalier et le voisin


Je suis donc allée à l’Eau Vive, en attendant mercredi pour pouvoir aller au marché. Je me suis ravitaillée avec le parfait petit kit du rompeur de jeûne : aloe vera, celeri, citron. et des fruits et légumes… Jusque là, ça va à peu près. Je marche doucement et j’ai un peu l’impression de flotter dans le brouillard mais j’ai réussi à faire ce que je voulais.


Mon Homme me ramène chez moi et monte tout ce qu’il peut avec ses gros muscles et son non-jeûne. Pendant ce temps là, je rame avec la dernière cagette, je laisse passer mon voisin en lui expliquant qu’il va plus vite que moi. Il rentre chez lui, j’en profite pour agoniser brièvement devant sa porte....

Jusqu'à ce que je l'entende revenir vers la porte ! (merde, merde, merde, lève-toi !) Je me relève au moment où il la franchit.

« Tiens, vous êtes encore là? » – euh… oui oui…

*Moment de solitude*


Purée le regard des autres pendant le jeûne c’est duuuur. Surtout quand on ressemble à un zombie…

Mon pouls est à peu près à 1 000 000 de battement par minute et j’ai l’impression que je viens de franchir la moitié de l’Everest.

Rassemblant mon courage (si si) et sous le regard curieux de mon voisin, je continue mon ascension jusqu’à ce que mon Chéri-héros porteur de cagette vole à mon secours et m’emmène tel un Superman-Otis jusqu’au 3ème étage.


Enfin arrivés ! J’ai sûrement battu le record de rangement de légumes le plus lent au monde (dans mon géniallissime frigo sans électricité :D ) Allez hop, on se pose ! Ah non…

Reprise alimentaire


Allez hop, on s’active ! J’use de mes dernières forces pour préparer un jus céleri – citron – aloe vera – huile de coco. C’est parti pour la reprise alimentaire, je dois me requinquer avant de récupérer les cocos ! (demain soir… no comment…)


Finalement, je m’effondre lamentablement sur le canapé avec mon thé dans la main gauche, mon jus dans la main droite, « Rencontre du 3ème type » sur l’écran. (C’est de circonstance) La semaine fut éprouvante et je dois dire que tout de suite, j’ai hâte de retrouver mes forces….


Quand on fait un jeûne, on apprend à se connaître. Par exemple, je commence à cerner ma limite en jeûne sec. Je crois que 3 jours de jeûne sec me conviennent bien et que je n’irai plus au-delà. Je suis quand même assez mince de base : 7 jours me paraissent ambitieux me concernant. C’est pour ça qu’il est important d’expérimenter. Nous sommes tous différents, nos limites sont toutes différentes. Et là c’est un aspect du jeûne que j’adore : c’est à quel point, au travers du jeûne, vous pouvez apprendre sur vos propres limites. Encore une fois : Ecoutez-vous !

D’autres témoignages de jeûnes sec plus ou moins longs :

  • http://pranique.com/proces21jour-temoignaj.html Les témoignages de personnes intéressées par le pranisme. Qu’on croit au pranisme ou non, ce qui est intéressant c’est que dans leur processus, ces personnes ont effectué un jeûne sec de 7 jours.

0 vue

Une question ?